23.jpg

THE FLESHTONES Forward

The FleshtonesMercredi 10 Novembre 2021 - 21:00 / La Gespe
428.jpg

Tarif normal : 16.00 € - Tarif réduit : 14.00 € - Tarif adhérent : 11.00 €

Depuis leur création en 1976 dans le Queens, à New York, et leur gestation moite et alcoolisée dans des lieux légendaires tels que le CBGB, le Max's Kansas City et le Club 57 - récemment fêtés au Museum of Modern Art, où leur film underground proto-vidéo "Soul City" a été projeté devant des stars du monde de l'art et une poignée de punk rockers qui ont réussi à passer la porte d'entrée - ils ont perpétué leur propre marque de SUPER ROCK, un amalgame frénétique de garage punk et de soul, ponctué par le big beat, et qui se cristallise avec une majesté spectaculaire sur scène, leur sens du show les ayant maintenus sur la route pendant plus de quarante ans, adorés par un public dont l'amour pour eux frise la ferveur religieuse.

Et pourtant, leur nouveau disque, Face of the Screaming Werewolf, s'est classé plus rapidement que n'importe lequel de leurs quelque vingt précédents albums, atteignant le Top 50 du Billboard dans une demi-douzaine de catégories, y compris, curieusement, le Top 10 des "Nouveaux artistes alternatifs", ce qui prouve, une fois de plus, que le SUPER ROCK ne montre aucun signe d'usure.

Face of the Screaming Werewolf aurait pu sortir à n'importe quel moment de leur carrière épique - c'est une explosion, et une célébration du son SUPER ROCK.  Contrairement aux pionniers d'antan, les Rolling Stones, ils n'ont pas ralenti le tempo pour compenser l'ostéoporose, et n'ont rien perdu de leur force de frappe. Le secret du succès des Fleshtones réside dans le fait qu'ils n'ont jamais adopté le son d'une autre époque et leur capacité étonnante à porter le motif cachemire avec classe.

Sur Face of the Screaming Werewolf, les Fleshtones œuvrent pour le bien. Ils ne tolèrent ni la fausse méchanceté, ni le cynisme étudié, ni l'ennui arty, ni la désillusion. Des chansons comme "Swinging Planet X" remplissent la promesse d'un stomp blues de l'espace extra-atmosphérique à la Bo Diddley, tandis que "Spilling Blood at the Rock'n'Roll Show" éclabousse joyeusement, alimenté par des guitares qui claquent et des choeurs. Ajoutez à cela une ode jangly au plus inégalé des animateurs de jeux télévisés, Alex Trebek, et une demi-douzaine d'autres chansons saupoudrées d'harmonies British Invasion et de touches de psychédélisme sale - y compris la chanson titre, inspirée par l'un des plus grands films méconnus de notre époque - toutes délivrées avec le mojo indélébile des Fleshtones, et vous tenez une galette vraiment digne de la ceinture de championnat SUPER ROCK.

Leurs disques ne sont pas des retours en arrière - les Fleshtones ne redécouvrent pas le rock'n'roll, pas plus que Mike Tyson n'a redécouvert la boxe simplement parce qu'il s'est coupé les cheveux comme Joe Louis. La vérité de Tyson résidait dans son crochet droit, et s'il était prêt à donner le coup de grâce, s'il était un champion poids lourd avec du style, alors il en va de même pour les Fleshtones, dont le charme désinvolte, le jeu brillant et l'attrait pour la danse n'ont pas détrôné le rock'n'roll primitif mais lui ont simplement redonné de sa valeur.

Le son SUPER ROCK des Fleshtones définit littéralement la Beat Music américaine, et ils ont délivré leur message avec une passion évangélique, en contournant toujours les limites du courant mainstream sans se plier à une mode ou une tendance évidente. Ils sont apparus dans l'émission ''American Bandstand'' de Dick Clark, le charismatique leader Peter Zaremba a été l'un des animateurs de l'émission alternative de fin de soirée de MTV, ''The Cutting Edge'', et ils ont été le dernier groupe à se produire publiquement au ''Windows on the World'' du World Trade Center, un lieu de la bonne société à tous points de vue. Toujours fidèles à leur école, ils ont planté leurs drapeaux dans l'ancien et le nouveau monde - ils sont apparus avec Andy Warhol dans son éphémère talk-show ''Andy Warhol's Fifteen Minutes'', et au milieu des années 1980, ils ont régulièrement joué au Pyramid Club sur l'Avenue A dans le légendaire East Village de New York, et ont contribué à la création de Wigstock, le festival de drag queens qui est devenu une partie outrageusement vivante de l'expérience de la ville de New York.

Jamais aussi fous ni aussi consciemment "psychopathes" que les Cramps (avec qui ils ont partagé un local de répétition en 1977), les Fleshtones pouvaient également être trouvés après la tombée de la nuit, se prélassant dans la lumière bleue malsaine de leurs téléviseurs, regardant des films d'horreur tard dans la nuit et se prélassant dans la bizarrerie de l'Amérique, tout en s'imprégnant des outrages sur scène du Rat Pack, de Little Richard et des Rolling Stones, affinant leur propre spectacle en un manifeste explosif et frénétique du rock'n'roll qui a bien tourné.

Ils font régulièrement des tournées en Espagne, où les fans se rendent en pèlerinage à leurs concerts, et ils sont également acclamés en Scandinavie, en Italie et en France, où ils ne cessent de tourner. Partout dans le monde - et surtout à New York, la ville la plus inconstante qui soit - les jeunes groupes regardent les Fleshtones pour y trouver des leçons de mise en scène suave et d'enthousiasme non feint. Ils apportent le brio de Chuck Berry et de James Brown, avec qui ils ont partagé la scène à plusieurs reprises, et le véritable esprit du CBGB.

En fait, c'est le seul groupe qui a joué au CBGB en 1976 à n'avoir jamais fait de pause significative dans ses enregistrements ou ses concerts depuis, et leur formation est restée remarquablement stable, ancrée par Peter Zaremba - qui a un swing fou, est drôle, sans compromis et sûr de lui, il est à la fois Dean Martin, Mick Jagger et le comte Dracula - et le guitariste de SUPER ROCK Keith Streng, qui semble voler dans les airs. Ils sont épaulés par l'une des sections rythmiques les plus solides au monde, la batterie résolument Charlie Watts - moins, c'est plus, mais fais-le avec panache - de Bill Milhizer, qui occupe la chaise depuis quarante ans, et le nouveau venu Ken Fox à la basse, qui n'a que trente ans d'ancienneté ! Auparavant, ces places avaient été occupées par des mercenaires luminaires au pedigree reconnu, dont Clem Burke de Blondie à la batterie, et Fred Smith (Television) et Andy Shernoff (The Dictators) à la basse, témoignage des racines punk rock des Fleshtones et de leur authenticité dans un monde envahi par les poseurs et les fraudeurs.

Les Fleshtones sont une chose rare, comme le Grand Canyon - peu importe à quel point on vous a dit qu'ils étaient géniaux, quand vous les voyez enfin par vous-même, c'est bien mieux que tout ce qui a été dit.

Evel Knievel m'a dit un jour que le "héros américain" est la profession la plus éphémère de toutes. Les Fleshtones sont là pour dire à tout le monde qu'il avait tort. Les Fleshtones se dressent comme la dernière chose réelle en Amérique – the last real thing in America.

 

Regardez fixement le visage du loup-garou hurlant.

Longue vie à SUPER ROCK !

— Mike Edison, New York City 

Mike Edison est un écrivain, éditeur, musicien, critique social et artiste de lspoken word basé à New York. Il a été l'un des nombreux éditeurs/rédacteurs du magazine High Times, consacré à la contre-culture de la marijuana. Edison a longtemps été le batteur du groupe culte de garage new-yorkais The Raunch Hands (Crypt Records). Il a également collaboré avec le punk rocker GG Allin, avec qui il a écrit un certain nombre de chansons et enregistré deux albums.

187518759_10159030549686702_4943951631573643037_n.jpg
On tour.jpg
Super Rock.jpg
Logo Footer
Tel : 05 62 51 32 98
Email : contact@lagespe.com

23, rue Paul Cézanne
65000 Tarbes
Licence : 2-1042860 3-1042861